Sélectionner une page

Quels sont les effets et les objectifs des techniques manuelles utilisées par les thérapeutes ?

Points clés

L’effet positif lié à la manipulation du thérapeute ne provient pas d’une vertèbre remise en place mais d’un relâchement musculaire momentané et d’une stimulation du système nerveux diminuant la douleur.

Le craquement n’est pas nécessaire pour obtenir un effet positif.

Les techniques manuelles peuvent aider à une diminution plus rapide des symptômes afin de bouger plus facilement, mais ne sont pas une solution à long terme.

Comme nous l’avons vu dans le chapitre “Est-ce que j’ai quelque chose de coincé ou de déplacé dans le dos”, rien n’est déplacé lors de douleurs au dos et les techniques manuelles appliquées par un thérapeute sur les vertèbres (manipulation vertébrales) n’ont pas pour but de remettre quelque chose en place. Les craquements entendus lors de cette technique sont quant à eux lié à la formation de bulles d’air dans l’articulation. Les bénéfices démontrés à court terme des manipulations vertébrales sur les maux de dos ne s’expliquent donc pas par un réalignement des vertèbres. De nombreuses études ont permis de montrer que les effets positifs sont surtout liés à une diminution du tonus musculaire, de l’inflammation et de la douleur (par stimulation de certains récepteurs et du système nerveux) (Bialosk et al., 2009). Il ne s’agit donc pas d’une vertèbre remise en place (Saubade, 2017), mais bien d’un relâchement musculaire momentané et d’une stimulation du système nerveux diminuant la douleur (National Guideline Centre, 2016). De plus, la présence ou non du craquement lors d’une manipulation vertébrale n’est pas liée à l’effet positif de celle-ci (Bialosky et al., 2010).

Le traitement principal recommandé est avant tout une prise en charge active.

En fin de compte, avoir recours à des thérapies « passives » tels que manipulations, mobilisations sans craquements, massages, ou encore acupuncture peut être très efficace à court terme. Ils permettent surtout de diminuer momentanément les tensions musculaires et les douleurs permettant ainsi de bouger plus facilement. Ils sont recommandés comme une option efficace à court terme, mais pas comme un traitement à maintenir sur le long terme (Foster et al., 2018). Dans une situation où la douleur est intense, ils peuvent aider à une diminution plus rapide des symptômes. Ils ne sont cependant pas obligatoires, en sachant que la plupart des douleurs disparaissent toutes seules après quelques jours ou quelques semaines. Dans les cas de douleurs qui durent plus longtemps, ces traitements peuvent aussi permettre une diminution des douleurs, et doivent être complétés d’exercices et d’un retour progressif aux activités physiques, pour un effet durable. Les thérapies électriques passives telles que les ultrasons et les stimulations électriques nerveuses transcutanées ne sont quant à eux pas recommandés lors de lombalgies (Foster et al., 2018). Comme nous l’avons déjà abordé, le traitement principal recommandé est donc avant tout une prise en charge comprenant des exercices actifs, complétée si nécessaire par quelques séances de thérapie passive.

Bibliographie

Bialosky, J. E., Bishop, M. D., Price, D. D., Robinson, M. E., & George, S. Z. (2009). The mechanisms of manual therapy in the treatment of musculoskeletal pain: a comprehensive model. Manual therapy, 14(5), 531‑538. doi :10.1016/j.math.2008.09.001

Bialosky, J. E., Bishop, M. D., Robinson, M. E., & George, S. Z. (2010). The Relationship of the Audible Pop to Hypoalgesia Associated With High-Velocity, Low-Amplitude Thrust Manipulation: A Secondary Analysis of an Experimental Study in Pain-Free Participants. Journal of manipulative and physiological therapeutics, 33(2), 117‑24. doi :10.1016/j.jmpt.2009.12.008

Saubade, M. (2017). « Mes articulations craquent, c’est grave docteur ? » Les bruits articulaires en question. Revue médicale suisse, 13(569), 1334-1338. Repéré à https://www.revmed.ch/

National Guideline Centre. (2016). Low back pain and sciatica in over 16s : assessment and management, Assesment and non-invasive treatments. National Institute for Health and Care Excellence : Clinical Guidelines, 59. ISBN 978-1-4731-2188-1   

Foster, N. E., Anema, J. R., Cherkin, D., Chou, R., Cohen, S. P., Gross, D. P., … Lancet Low Back Pain Series Working Group. (2018). Prevention and treatment of low back pain: evidence, challenges, and promising directions. Lancet (London, England), 391(10137), 2368‑2383. doi:10.1016/S0140-6736(18)30489-6

Ross, J. K., Bereznick, D. E., & McGill, S. M. (2004). Determining Cavitation Location During Lumbar and Thoracic Spinal Manipulation. Spine, 29(13), 1452‑1457. doi :10.1097/01.BRS.0000129024.95630.57